My French Journey

Paris

Abby
France

 saluuuuut !

Bonjour les amis !

Je vais écrire ce poste en anglais aussi ( la traduction est maintenant ci-dessous ), mais je veux le partager premièrement en français bien sûr, parce que la langue française, ou plutôt, mon experience avec cette langue, est le sujet principal d’aujourd’hui.

D’abord, il faut que je vous dis qu’il y a même un an et demi je ne pensais pas être capable d’apprendre une deuxième langue, surtout le français. C’est une langue que je toujours trouvais incroyablement difficile… l’accent, la grammaire, la pronunciation. Même quand j’ai décidé déménager à Paris j’étais certaine que je ne serait jamais couramment. Il y a deux ans j’ai commencé mes études de français, mais je n’étais pas une étudiante très sérieuse. C’est normal… j’avais dix-sept ans et j’étais en train de preparer pour un déménagement de Californie à Paris. Je me souviens les séances de français que j’ai eu une fois par semaine pour six mois avant que je ne suis venue à Paris. J’ai utilisé Duolingo un peu aussi, et Rosetta Stone pour quelques mois – je préfère Duolingo et je l’utilise toujours pour pratiquer quand j’ai les temps – et j’ai appris des petit mots comme singe et pomme ainsi que les verbes plus simples, c’est a dire, être ( et je ne pouvais pas le pronouncer ! ), faire, et prendre. À ce moment-là, je pensais être terrible avec les langues. Pas seulement le français – ma mère est couramment en espagnol ( c’était sa première langue, en fait ) mais je ne peux pas le parle, parce que mon père est anglophone et à cause de ça ma mère rarement parlais l’espagnol chez nous. Malgré ça, j’ai appris un peu de l’espagnol à l’école quand même. Plus qu’un peu j’avoue… j’ai suivi des cours de l’espagnol pour presque douze ans. Mais je n’étais pas intéressée par la langue. Je ne sais pas pourquoi… peut-être c’étais juste parce que les cours étaient obligatoire et j’aurais préféré au moins un choix. Cela dit, je sais que j’aurais choisi l’espagnol quand même parce que ma mère pourrait m’aider avec les devoirs. Aussi, surtout j’étais sûre d’être nulle à les langues. Donc je n’essayais pas.

Puis, en 2014 j’ai voyagé à Paris pour la première fois. Et je l’adorais. Le souvenir plus importante pour moi était le moment juste après je venais d’arriver à Paris. Mon père et moi sont montés dans un taxi et le chauffeur était en train de parler français tellement vite. Bien sûr, je ne comprenais pas un mot. Mais cette experience a changé ma vie. Le son de la langue me semblais très beau, et j’étais énervée que je ne pouvais pas le comprendre. C’était un sentiment plutôt bizarre pour moi. J’avais voyagé beaucoup dans autres pays mais les autres langues ne me semblaient pas si interessante que le français. Même que j’aimais bien le français à cette époque, j’étais encore intimidé par la langue. Je n’étais pas capable à pronouncer même merci. Du coup, j’ai rentré aux États-Unis sans le français dans l’esprit. Pour quelques semaines, au moins.

Après les fêtes ( mon voyage à Paris était en Novembre ) je me suis rendue compte que j’étais passionnée de français. Je ne sais pas pourquoi je l’ai décidé, mais j’ai eu beaucoup de temps libre, étant que j’ai quitté le lycée un an plus tôt que normal, et le français me semblais comme une challenge très difficile et quelque chose que je voulais conquérais. Et ça, c’est toujours vrai : le français est quelque chose que je veux conquerer. Je pense être capable.

Aout 2015 : J’ai déménagé à Paris. Et oui, c’était très ( mais pas trop ) difficile. Je ne pouvais pas parler français, j’étais très timide ( bon, je suis toujours ), et souvent je me sentais comme un poisson sans de l’eau (est-ce que c’est même une expression en français ? Je dois sembler très bizarre. ). J’ai pratiqué mon français presque tous les soirs sur Duolingo pendant ma première année à la fac. Et j’ai découvert aussi French is Beautiful… c’est comment j’ai rencontré Carrie Anne. Sans elle est ses cours de français, je ne serais pas capable de communiquer en français comme je peux aujourd’hui. Ses cours sont fantastique, et grace à elle et High School Déjà Vu j’ai  appris la base de la langue. Quelques mois plus tard, en juillet 2016, j’étais au-pair à Toulouse pour gagner un peu d’argent et aussi pour apprendre plus de français. C’était un mois tellement dur. J’étais toujours fatiguée à cause de le travail et tout le français… à vivre dans une autre langue est pas du tout facile quand tu es introvertie comme moi. Mais c’était vaut toute la peine. Mon français a amélioré, c’est certaine. Pas beaucoup – mais quand je me suis revenue à Paris j’étais capable de comprendre les gens français plus et ma nouvelle propriétaire française.

Je suis devenue obsédé par le français. J’ai étudié tous les soirs, et c’était plus importante que mes devoirs pour moi. J’ai commencé à lire seulement en français environ Novembre et j’ai souligné tous les mots que je n’ai pas compris. En Décembre 2016 j’ai téléchargé  des livres audios en français, comme Twilight et  The Hunger Games. Maintenaient, j’avais écouté à plus que six livres audios en français et je comprends presque tout. Au debut, c’était tellement difficile. Il y avait beaucoup de mots et des phrases et des verbes que je ne comprenais pas. Mais j’ai étudié. J’ai écouté aux les mêmes livres plusieurs fois. Et j’ai amélioré.

Il y a deux jours j’ai passé le DELF niveau B1 et j’espère que j’ai réussi. Je pense passer le B2 cet été et un jour le C1, aussi. L’examen n’étais pas difficile du tout mais je suis certaine que j’ai fait des petites erreurs avec l’orthographe et grammaire, etc. Et maintenant, la seule chose à faire et continuer. Étudier plus, parler plus, et écrire plus. Je ne sais pas pourquoi je suis tellement intéressée par le français et souvent je me demande si c’est vaut la peine. Et pourquoi suis-je ici, en France ? Je ne suis pas française, je n’ai pas un mari français ou du famille ou un travail ici comme la plupart d’américains qui habitent dans ce pays. Je suis là juste parce que je l’adore. Et peut-être c’est bizarre, ça. Je ne sais pas. Je sais seulement que je veux parler français et habite en France parce que c’est belle et j’aime l’histoire et l’architecture et la culture. Ça n’existe pas en Californie, même si nous avons la mer ( et oui, elle est belle ).

Je crois que c’est tout pour aujourd’hui. J’ai toujours beaucoup d’apprendre et je sais il y aura des moments où je serai frustrée ou mal à l’aise ou même triste. Mais je suppose que la vie est comme ça, de toutes façons.

Passez une très belle journée mes amis et merci d’être là, sur mon petit blog. Et si j’ai fait des erreurs vous pouvez me dire, bien sûr !

Bisous !

Abby

• • •

on learning french…

{Hi-Hi, Lovelies ! As promised, the English translation to the French above (with far less mistakes!). 🙂 Though it is ever-so-slightly choppy, given that I translated it from français. Which makes me realize how awfully choppy my written French must be. Ahh.}

First of all, it’s necessary to inform you that even a year and a half ago I did not consider myself capable of learning a second language, French above all. It’s a language I always assumed to be hopelessly difficult, due to its impossible accent (especially impossible for Americans to master, as I was constantly reminded), the complex grammar, and the ‘crazy’ pronunciation, crazy coming from a background of English and Spanish, that is. Truthfully, even after deciding to move to Paris, even after living here for several months, I was absolutely and utterly convinced that I could never be fluent in French. It simply wasn’t in the cards for me, I was sure.

My French studies began just over two years ago, six months before I moved to Paris to begin my photography studies, in English. I was by no means an extraordinarily diligent student, but I suppose that was to be expected. After all, I was 17 and preparing to move overseas. I had countless worries, and French was the very least of them. My linguistic preparation for life in Paris consisted of one session of tutoring each week and plenty of Duolingo, as well as a bit of Rosetta Stone (I prefer Duolingo, FYI). In this way I learned basic vocabulary and the simplest verbs, none of which I could pronounce correctly or with ease. I thought myself to be awful at languages, much worse than the average person, and incapable of ever speaking any other than English. This thought blocked me for quite some time, to be honest. And sometimes… it still does.

In 2014 I visited Paris for the first time. As cliché as it may sound, I fell in love with the city. A memory from this trip which stands out above the rest occurred just after my father and I arrived at Charles de Gaulle. We hailed a taxi to our hotel, and the driver happened to be on the phone, jabbering away in fluent French. Of course, I didn’t understand a word, not having yet studied a bit of French at the time, but this experience without a doubt changed my life. The rhythm of the language struck me as exceedingly beautiful, and I was bothered by my lack of ability to decipher what he was saying. It was the oddest sentiment – prior to this weekend in Paris I had traveled to plenty of countries where the native language was different from my own, but I had never felt attracted to another language as I did in this moment. I was curious and intrigued and unnerved. Yet, in spite of this, I still had no concrete desire to learn French. After all, I couldn’t even pronounce merci.

But… just several months later, with French still on the brain, I realized that I was willing to give it a try. And why not? I had graduated from high school prematurely and had heaps upon heaps of spare time on my hands. Why not devote a few hours each week to French? This led to a heightened interest in France and…

In August 2015 I moved to Paris. I could not speak French. I was timid and shy (okay, maybe I still am, more than a teeny bit). Quite often, I felt like a fish out of water. In the evenings, following my days at school, I spent time on Duolingo. I discovered French is Beautiful, as well, and in this way met Carrie Anne… without her and the French courses she offers I would not be even remotely close to where I am with the language today. High School Déjà Vu provided an ideal base for me, and I only expanded my knowledge of grammar and vocabulary from there. Several months later, during the summer of 2016, I au-paired for a French family in Toulouse. While it was far from a magical experience, it did prove to help my French, even if just slightly. When I returned to Paris in August I was capable of maneuvering through small interactions pleasantly, and could communicate with my new landlady, as well.

As a result of this progress, I found myself becoming obsessed with French. I studied it for hours each evening, and it quickly took priority over the assigned homework for my classes at uni. Around November I began to read exclusively in French, highlighting the phrases and words I didn’t understand. In December, I began religiously listening to audiobooks in French of novels I’d previously read in English, such as Twilight and The Hunger Games. While it was difficult at first, I was able to follow the storyline, and now, six months and about six audiobooks later (several of which I listened to up to three times), I understand practically everything.

Two days ago I took the B1 level DELF, and while I won’t know my results for several months, I’m nearly certain I passed. We shall see. This summer I’ll take the B2 and perhaps one day, the C1, as well. The B1 exam wasn’t particularly difficult, but I’m positive I made quite a few mistakes in regards to grammar, particularly during the oral part of the exam.

Oftentimes I can’t help but wonder… why am I here, in France? Why am I doing this? What’s the point? I am not French, and unlike the average American who lives here, I don’t have a legitimate reason for having moved: a French husband, a job, French family. I am only here because I love it. I love it so, so much. Maybe that’s a little strange. Maybe I shouldn’t care. Paris has so much to offer… the culture, the architecture, the history. These aspects don’t exist in California, at least, not in the same manner. I never want to leave.

I suppose that’s all for today. I still have much to learn, and I am more than aware that there will be many more moments of frustration, discouragement, embrassement, and sadness. But isn’t that life, regardless of the paths we choose?

Have a lovely day my friends, and thank you for being here, on my little blog. Your support and readership means the world.

xoxo,

Abby


♥ ♥ ♥

    Pin It

{ 6 Responses to “ }My French Journey”

  1. #
    1
    Audrey | Brunch at Audrey's — May 20, 2017 at 5:29 pm

    As I commented in the previous post, so proud of how far you’ve come with French! I love languages and wish I could learn all of them, but I don’t have the self-motivation to keep it up on my own. With a class, I think I could definitely do it. You’re amazing!! -Audrey | Brunch at Audrey’s

    • Abby Ingwersen — May 20th, 2017 @ 5:30 pm

      Hahah, I wish I could learn all of them, toooo! Italian would be next on my list, but goodness knows if I tried to learn more than one at once I would be totally lost. I actually find it hard to stay motivated in classes, because I find the environments to be (generally) uninspiring. But I will admit, the homework helps…
      But you already speak two, no? So you’re good! lol

  2. #
    2
    Kayle (The Cooking Actress) — May 25, 2017 at 4:21 pm

    Congrats on how great your French has gotten!!! I’m completely clueless with it personally (Spanish I know some of, even a bit of Italian. French I’m fairly useless)

    • Abby Ingwersen — May 28th, 2017 @ 12:36 pm

      Hahah, thank you! I’m okay at reading Spanish, and used to be much, much better but lack of practice and all that. I can’t understand a spoken word! And I don’t know any Italian at all, but if I ever learn another language, that’ll be it! The recent Master of None season convinced me. 😉

  3. #
    3
    Lea — May 30, 2017 at 12:02 pm

    Congrats on sticking to it! Et bravo pour tous les progrès !!
    C’est super la motivation que tu as face à un tel challenge.
    Il y a des erreurs mais on te comprend très bien 🙂 Continue à lire en français!

    • Abby Ingwersen — June 5th, 2017 @ 6:41 pm

      Merci, Léa ! Le français est très difficile pour mois parce que je suis perfectionniste… et ce n’est pas possible d’être parfait quand tu es en train d’apprendre une nouvelle langue ! Mais je pense que je serai moins stressée avec beaucoup de choses dans la vie grace à cette expérience. 🙂 xoxo !

{ Leave a Comment }